"> Apnée du sommeil et orthophonie - Marie-Emmanuelle Marchand

Marie-Emmanuelle Marchand

Apnée du sommeil et orthophonie

Travailler les muscles qui s’affaissent et bloquent la respiration, pour qu’ils soient plus toniques (forts) et bloquent moins la respiration, ça va de soit il me semble. Pourtant, l’apport de l’orthophoniste n’est pas connu dans le contexte d’apnée obstructive du sommeil.

Si une personne a un cancer de la langue, c’est l’orthophoniste qui rééduque les muscles, si elle a une dysarthrie (trouble neurologique nuisant gravement à la parole) c’est aussi l’orthophoniste qu’on appelle, quand la langue déplace les dents et qu’il faut des broches et un élargisseur du palais, c’est l’orthophoniste qui rééduque la langue… Pourquoi alors on ne rééduquerait pas les muscles (les mêmes que dans les cas ci-haut mentionnés) dans les cas d’apnée obstructive du sommeil?

Les preuves scientifiques sont unanimes, le traitement orofacialmyofonctionnel (offert par nous) améliore en moyenne la fréquence et la sévérité des épisodes d’apnée de 50%. Certaines études vont jusqu’à 72% d’amélioration. Pourquoi s’en priver?

Maintenant que j’ai mis la table, établissons le problème si vous voulez bien.

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) se caractérise par la répétition d’un collapsus partiel ou complet des voies aériennes pendant le sommeil, interrompant de façon prolongée le flux ventilatoire normal (Cohen-Lévy et coll. 2016).

Il est dû à des obstructions pharyngées répétées pendant le sommeil. Plusieurs causes sont possibles : étroitesse anatomique des voies aériennes supérieures causée par une hypertrophie des tissus mous pharyngés, anomalies du contrôle neuromusculaire à l’origine d’une diminution du tonus des muscles dilatateurs du pharynx, rétrognathie mandibulaire, instabilité du contrôle respiratoire, déviation septale ou autres.

Bien qu’il touche environ 4% des hommes et 2% des femmes d’âge moyen,  beaucoup ne sont pas diagnostiqués. Pourtant, les patients apnéiques présentent un risque accru de maladies cardiovasculaires et souffrent quotidiennement des impacts d’une fatigue chronique.

Jusqu’à présent au Québec, la principale approche thérapeutique en est une de compensation avec la machine PPC (pression positive continue) ou en anglais CPAP (continuous positive airway pressure). Pourtant, l’efficacité d’un traitement orofacialmyofonctionnel pour réduire les obstructions des voies aériennes supérieures a été démontrée (Guimarães, Drager, Genta, Marcondes, & Lorenzi-Filhoy, 2009, Camacho et al., 2015,… ) et peut être faite par une orthophoniste qualifiée.

Attention, la rééducation musculaire ne vise pas le remplacement de la machine CPAP, mais en est un complément. L’idée est de renforcer les muscles oraux et périoraux afin d’empêcher l’effondrement des tissus liés qui entravent le passage de l’air pendant le sommeil.

Je crois en une approche multidisciplinaire dans le traitement du SAOS. Forte de plusieurs années d’expérience dans la rééducation des troubles orofaciomyofonctionnels, j’ai développé la pratique auprès de cette clientèle et ai vu de beaux progrès se réaliser dans les cas rééduqués jusqu’à présent. J’aimerais étendre cette pratique encore inconnue, tant du public que des professionnels de la santé. Ensemble, nous pouvons changer cette situation pour le plus grand bien des gens aux prises avec ce syndrome handicapant (et leurs proches!).

Marie-Emmanuelle Marchand, M.Sc., Orthophoniste

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Laisser une réponse

dix + 14 =

Quand apprendre est amusant, l’avenir est prometteur.
– Michaël Ferrari

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Pour plus d'information

Contactez-nous

Envoyez-nous un message 
Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook