"> De l’oral à l’écrit, comment aider nos tout-petits - Marie-Emmanuelle Marchand

Marie-Emmanuelle Marchand

De l’oral à l’écrit, comment aider nos tout-petits

La recherche a démontré un lien fort et non équivoque entre les habiletés langagières à l’oral et le développement des habiletés à l’écrit telles que la lecture et l’écriture (Cattas, Fey, Shang, & Tombin, 2001, 2002; Murphy, Justice, O’Connelle, Pentimonti, & Kaderavek, 2016).

Avant que l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ne soit fait, beaucoup d’interventions peuvent atténuer sinon prévenir ces difficultés (P. Terrell & M. Watson, 2018). Cet article se veut un outil concret pour y arriver. Aussi, je tenterai d’y être succincte bien que ce ne soit pas dans ma nature.

Assurez-vous d’être dans la Zone proximale de développement de votre enfant. La ZPD ou zone proximale de développement peut être décrite comme l’écart entre le niveau actuel de l’enfant de manière autonome et son potentiel avec support de l’adulte. Si vous demandez l’alphabet à votre enfant et qu’il le connaît, vous ne l’aidez plus. C’est rendu facile, donc sous sa ZPD. Si vous lui demandez de trouver un mot débutant par la lettre A et qu’il n’y parvient qu’avec votre guidance, en repérant la lettre dans une page de livre par exemple, vous êtes dans sa ZPD. Il faut être dans cette zone pour avoir le maximum d’impact sur le développement des habiletés de l’enfant.

L’enfant doit avoir accès à des livres à portée de main. Achetez des livres usagés pour ne pas craindre qu’il abîme ceux empruntés à la bibliothèque. Ces derniers pourront être gardés ailleurs, hors de danger. Laissez-le explorer seul à certains moments, et guidez-le à d’autres. Un livre peut être lu bien sûr, mais sert également de prétexte pour travailler la reconnaissance des symboles. Montre-moi un A, montre-moi un chiffre, montre-moi un mot, quel est le mot le plus long de la page, une phrase, le titre, le nom de l’auteur, c’est quoi un auteur. En regardant la page couverture, on demande à l’enfant de faire des inférences. Qui de ceux que tu vois sera le personnage principal, de quoi crois-tu que ce livre parlera. Selon les réponses de l’enfant, l’aider à poursuivre sa réflexion plus loin; que crois-tu qu’il va arriver ensuite, comment crois-tu que ça va finir? Une fois la lecture faite, encouragez l’enfant à ‘’relire’’ l’histoire à son frère plus jeune ou à vous. Laissez-le se tromper, inventer des passages et sauter des pages. Il apprend à raconter et a besoin de pratique pour y parvenir.

Faites différents scénarios autour de l’écriture. L’un fait le journaliste, l’autre la vedette et on fait semblant d’écrire un article. L’un fait le client l’autre le serveur qui prend la commande en note, l’un fait le cuisinier, l’autre fait semblant de lire une recette et lui donne les ingrédients et les étapes de préparation… Faites la liste d’épicerie avec votre enfant. Vous inscrivez les ingrédients sur votre liste et lui doit dessiner sur sa liste, les aliments dont vous avez besoin. Il comprendra ainsi le lien entre le champignon (dessin, mot entendu) et le mot écrit, saisira à la longue que toutes les choses ont un nom et ce nom peut être écrit, comme le sien. L’enfant apprendra ainsi que l’écrit c’est utile, quotidien et que ça dépasse largement les livres.

Votre enfant ne peut se concentrer plus de 2 min.? Choisissez des livres où on doit lever des rabats, où il y a de la fourrure, ou des odeurs à gratter. Pour les tout petits, il y a des livres où on doit suivre une entaille faite dans le carton de la page avec le doigt. Ça développe la motricité fine, et rend l’activité plus dynamique. Il y a des livres pour tout le monde, nos petits aussi.

Faites des voix, mimez les actions, sauter hors du divan et animez la page sous forme de mime devant votre enfant. Encouragez-le à vous imiter et mettez des mots sur ce qu’il fait. Oh! Tu cueilles la pomme tout en haut! Étire-toi, va jusqu’en haut sur la dernière branche, comme ça! BRAVO! Félicitez-le s’il vous imite, s’il s’engage dans la lecture, s’il tente de répéter après vous, s’il nomme ce qu’il fait. Bref, faites de ce moment autour de la lecture un évènement. Je vous garanti qu’il restera intéressé plus de 2 min.

Posez-lui des questions concrètes du type : qu’est-ce qu’il a dans ses pieds, de quelle couleur est la chenille, quelle est la maison de Tim. Lorsque ces questions sont majoritairement réussies, vous pouvez poser des questions abstraites du type : comment se sent le papillon ici, pourquoi il est fâché le papa, qu’est-ce qui va arriver ensuite, qu’est-ce que tu préfères dans cette histoire. Cette hiérarchie de question suit le développement de la pensée de votre enfant. Pas de souci s’il n’a pas la bonne réponse, on le félicite d’avoir tenté et on mentionne qu’à notre avis c’est plutôt ceci que cela.

En terminant, je sais que j’ai donné plusieurs conseils s’appliquant à des livres d’enfants, mais tout écrit est prétexte pour une activité. Avec mon garçon de 2 ans, on s’amuse à regarder des livres de recettes, on discute des ingrédients, de nos préférences, des photos, de ce qu’on a déjà mangé, quand on l’a mangé et de ce qu’on aimerait manger prochainement. Il ADORE ces moments passés avec maman! Je dois mettre ces livres hors de sa portée pour les garder relativement intacts. Allez, assez parlé, à vos livres, à vos journaux, albums jeunesse et autres listes!

Votre orthophoniste,

Marie-Emmanuelle Marchand, M. Sc., Orthophoniste

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Laisser une réponse

seize − quatre =

Quand apprendre est amusant, l’avenir est prometteur.
– Michaël Ferrari

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Pour plus d'information

Contactez-nous

Envoyez-nous un message 
Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook