Faire coucou pour changer le monde

Je vais commencer ce billet en mentionnant que je suis maman. Ceux qui sont devenus parents comprendront. Quand on le devient, on change. Je suis convaincue que si on avait étudié mon cerveau avant et après mes grossesses/accouchements, on y verrait des différences quantitatives. Peut-être la densité des connections dans l’amygdale favorisant une meilleure gestion des émotions et une patience que j’ignorais possible…

C’est certainement différent pour chacun. Pour ma part, des choses qui semblaient immuables et liées à ma personnalité se sont muées et transformées comme ma patience et la qualité de ma présence aux autres. D’autres petits changements plus anodins et rigolos ont aussi pris place. Des exemples? Je n’aime plus les tomates fraîches depuis que j’ai eu mon garçon. Lui non plus n’aime pas ça. C’est comme s’il m’avait partagé son dédain avant de naître et que maintenant, ça nous faisait un point commun de plus.  Ma fille m’a légué un amour des oranges complètement démesuré. On partage cet amour maintenant en dégustant ces agrumes ensemble.

Un autre de ces changements c’est qu’avant j’aimais les enfants mais maintenant c’est incommensurable. J’aime plus profondément mes petits clients depuis que j’ai eu mes enfants. Mon coeur de mère continue d’aimer même si ce sont des enfants croisés à l’épicerie ou comme ici, rencontrés sur la toile.

Le court vidéo qui s’en vient m’a fait pleurer parce que je suis maman, mais m’interpelle parce que je suis orthophoniste. C’est pourquoi il a sa place ici. On y entend une petite fille de 7 ans expliquer comment le monde pourrait changer si on jouait tous à coucou avec nos enfants. C’est 7 min. et oui, ça pourrait changer le monde.

 

Marie-Emmanuelle Marchand, M. Sc., Orthophoniste

P.S. Je me questionne sur la pertinence de continuer à signer mes billets. Après tout, ils sont tous de moi. Vous pouvez laisser en commentaire ce que vous pensez du vidéo (et du fait de signer ou non mes billets). J’aime savoir que je suis lue et les commentaires sont un bon moyen pour moi de prendre le pouls.

P.P.S. Zut… là j’ai envi d’une orange.

 

Partager cet article :

INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE POUR NE PAS LA MANQUER!

No Comments

Leave a Reply

Derniers articles

Trouver le temps

On me demande souvent comment j’arrive à travailler autant. Ce qui a l’air d’être quantitatif est en fait qualitatif. J’ai appris avec les années que lorsque les gens disent « je

Lire la suite »