Marie-Emmanuelle Marchand

L’impact insoupçonné d’un frein lingual restrictif

Vous savez, cette petite corde sous la langue qui ne sert apparemment à rien? Eh bien si elle est trop courte ou mal placée ou les deux, les désordres que ça occasionne sont majeurs et ce, de la naissance au 3e âge.

Pour éviter d’écrire ici un ‘’roman’’, parce que j’en serais capable! Je vais me concentrer sur les impacts de la naissance à 5 ans. Je pourrai m’exprimer sur les impacts à l’âge adulte dans un futur billet s’il y a intérêt.

De dire que le frein lingual occasionne des désordres surprendrait votre ORL, votre médecin, votre infirmière clinicienne, votre dentiste, votre orthodontiste… pas mal tout le monde médical sauf de rares exceptions. L’impact de l’ankyloglossie (frein lingual restrictif) n’est pas enseigné dans les facultés de médecine et dès lors inconnu du corps médical. Pourtant il faudrait! Mais le progrès est constant et j’ai bon espoir que ces notions se partagent et se diffusent.

Allaitement :

Déjà à la naissance, un frein lingual restrictif (FLR) empêche l’allaitement parce que le nourrisson ne peut avancer suffisamment sa langue pour la placer sous l’aréole du mamelon ou la monter suffisamment pour écraser le mamelon contre son palais. Le mamelon est alors inséré plus partiellement dans sa bouche et les arcades dentaires (gencives) viennent le blesser en essayant de le pincer pour extraire le lait (au lieu de la langue qui n’y parvient pas parce qu’attachée au plancher buccal par un frein trop court). La langue doit impérativement dépasser la crête gingivale inférieure pour éviter le réflexe de mordre. Donc ces mamans qui le disent devraient être prises au sérieux; bébé mord le sein, carrément. On lui donne alors un biberon et on ne se questionne pas davantage. Dommage lorsqu’on sait que des pays comme le Brésil ne laisse aucune maman quitter la maternité sans d’abord examiner et exciser au besoin le frein du nouveau-né.

Reflux gastro-oesophagien :

De retour à la maison, ce petit amour fait beaucoup de reflux. On consulte, on se fait dire de mettre un livre épais sous la tête du matelas pour le surélever, puis on se fait dire que c’est normal, qu’on n’a pas à s’inquiéter. On nous mentionne que le sphincter oesophagien supérieur n’a pas fini de se former et que sans le ‘’bouchon’’ la bouteille se renverse. C’est vrai pour le sphincter, mais ce qu’ils ne savent pas et donc ne peuvent nous transmettre, c’est qu’un lien fort est établi entre frein lingual restrictif et reflux chez le bébé. C’est comme si tout son tube était tiré vers le haut. La chaîne antérieure des fascias qui se termine sous la langue au génioglosse (muscle de la langue). Sous la langue, là où le frein se situe… vous voyez les liens se dessiner doucement?

Comme le conseil du livre et celui de nourrir bébé en position assise n’a absolument pas suffit, le médecin ou le pédiatre prescrit de la médication. Vous vous dites que c’est tôt dans une vie pour commencer la médication, mais vous n’en pouvez plus de le changer, de vous changer, de changer son lit et de ramasser partout. Personne ne s’est intéressé au frein encore, mais depuis sa naissance, ça nuit.

Or, Siegel en 2016, a mené une étude auprès de 1000 enfants médicamentés pour reflux. Après freinectomie (couper le frein) la médication pour le reflux gastro-oesophagien a pu être arrêté dans 52% des cas. 52% des cas, c’est non négligeable en science. C’est aussi non négligeable pour la maman qui se dit qu’il doit y avoir quelque chose d’autre à faire que de donner de la médication.

OCallahan, Macary et Clementine (2013) parlent de la thérapie myofonctionnelle (donnée par une orthophoniste ici au Québec) et freinotomie (couper le cordon du frein lingual) dès la naissance. Mentionnons aussi en passant que le reflux c’est aussi parce que bébé avale de l’air en buvant son lait parce qu’il n’arrive pas à fermer correctement autour du biberon/mamelon. C’est la langue, qui si elle passait par-dessus l’arcade gingivale jouerait ce rôle si elle le pouvait.

Tummy time :

Bébé vieillit, on vous recommande de le mettre sur le ventre pour travailler son tonus, l’encourager à se retourner. Dès que vous le faites cependant, il se met à pleurer. Il devient rouge sous l’effort et les cris, vous le prenez dans vos bras et réessayez sans plus de succès les jours suivants. L’infirmière que vous voyez pour la vaccination vous intime de poursuivre vos efforts, que c’est important, qu’il s’habituera. Ce que personne ne dit ici, c’est que c’est douloureux pour un enfant avec ankyloglossie d’être ainsi placé sur le ventre et de relever la tête, toute la chaîne antérieure des fascias (enveloppe des muscles) est déjà étirée et raide, il y a déjà un manque de place alors d’étirer cette chaîne par la position ventrale pour ‘’jouer’’ ne fonctionnera pas pour votre ti-pou. Malheureusement personne n’a compris.

Respiration buccale/bruyante/ronflements :

Même s’il est né avec un mode de respiration nasale (c’est naturel et nécessaire pour boire au sein), en présence d’un frein lingual restrictif bébé va devenir un respirateur buccal dans les premiers 6 mois de vie. Pourquoi ça devrait déranger? Parce que respirer par la bouche va entraîner un hypo-développement mandibulaire (qui devrait avancer et reculer mais ne le fait pas), palatin/du palais (parce que la langue ne monte pas en haut et donc ne peut creuser le palais et les fosses nasales juste au-dessus) et respiratoire (muscles intra-buccaux deviennent hypotoniques (faible tonus), s’affaissent, obstruent et bébé développe une respiration bruyante de nuit. On prend des vidéos, on trouve mignon qu’il ronronne comme un chat, mais avec le temps ça devient un ronflement léger, puis parfois de l’apnée obstructive où il arrête carrément de respirer.

Picky eater/difficile à table :

Avec ce faible tonus des muscles intra-buccaux, la mastication n’est pas optimale, l’enfant essaie de manger sa viande, mais la recrache en boule au bout d’un moment. Il en vient à privilégier les compotes, yogourts, pâtes et autres aliments mous. Vous vous dites qu’il est difficile à table, que ça passera. La déglutition ne se mature pas, il demeure donc avec un patron de déglutition infantile (pousse vers l’avant).

Expanseur palatin et broches à prévoir :

Avec son palais étroit en raison de sa position linguale basse (pour pouvoir respirer par la bouche) et son manque de mastication, son appareil manducateur (sa mâchoire) est sous-développée, il manque bientôt de place pour les dents. Le dentiste de votre enfant vous prévient, il présente un profil qui nécessitera un expanseur palatin et des broches.

Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) :

Il commence la maternelle, il est agité, inattentif. On vous parle de TDAH. Mais le lien entre ronflement et TDAH est fort. Si on corrige le trouble du sommeil qui empêche le cerveau de récupéré, et si on le fait avant 5 ans, le TDAH disparait parce qu’il n’a jamais été qu’une conséquence d’un sommeil peu réparateur.

Notez qu’une ventilation buccale est liée aux Troubles des apprentissages (Ribeiro and coll. 2016 (syst. Review)), Troubles attentionnels (TDA/H) (Ribeiro and coll. , 2016 (syst. Review)) et aux ronflements (Kukwa and coll, 2018) et à l’apnée obstructive pédiatrique (Lee and coll., 2015).

Ti-n’amour qui bouge beaucoup en dormant, qui n’arrive pas à gérer ses émotions est juste à bout. On le serait aussi à sa place.

Ce que je viens de vous décrire là n’est pas un scénario catastrophe même si j’avoue me sentir alarmiste en l’écrivant. Ce n’est pas une histoire rare, mais plutôt une séquence que je vois toutes les semaines dans mon bureau au moment de faire l’anamnèse (histoire développementale) de mes clients. J’explique aux parents stupéfaits tout l’impact d’un frein lingual restrictif et/ou d’une respiration buccale et immanquablement, leur réaction c’est wow! Ça fait tellement de sens! Pourquoi on nous dit pas ça?! Eh bien, c’est ce que je fais là!

Pour tous les professionnels de la santé sceptiques ou intéressés, écrivez-moi. Ma bibliographie peut vous être fournie, on peut en jaser, faut que ça circule.

Pour mes collègues appelés à évaluer le frein lingual, je rajoute ceci : Il est important à mon avis d’utiliser la classification de Yoon et Zhagi (2017) plutôt que celle de Kotlow (1999) lorsqu’on évalue le frein lingual lors de l’examen du mécanisme oral-périphérique. Voici pourquoi :

Le fait de ne pas pouvoir faire de protrusion (Kotlow, 1999) n’est pas un bon critère puisque ça n’interfère pas avec les fonctions de sucer, avaler, respirer, mâcher, parler alors que le critère d’élévation de la langue (Yoon et Zhagi 2017, Zhagi 2020) permet d’éviter des problèmes de déglutition, de production de sons, de croissance maxillo-faciale, de respiration (base de la langue qui dégage l’oropharynx), et de mastication.

 

Marie-Emmanuelle Marchand, M. Sc., Orthophoniste
www.monorthophoniste.com
info@monorthophoniste.com

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
3 Commentaires
  • Lozach on 17 octobre 2021

    Bonjour. Merci pour votre article. Que préconisez- vous alors pour traiter ce problème ? Faut-il faire sectionner le frein? Ou existe-t-il un protocole de rééducation pour étirer ce frein? Merci

    • Marie-Emmanuelle Marchand on 18 octobre 2021

      C’est un problème qui se règle en équipe. L’orthophoniste évalue la restriction du frein, la limitation de l’aperture (ouverture), les mesures de compensations (plancher buccal qui s’élève pour compenser) et l’impact sur les fonctions et les structures. L’ORL ou le chx maxillo-facial procède, selon sa propre analyse et suite à la recommandation détaillée de l’orthophoniste à la freinotomie (sectionner le frein) ou la freinectomie (sectionner le frein et sa membrane bilatéralement), la procédure dépend de différents facteurs dont l’âge du patient, le niveau de restriction, la présence ou non de tissus cicatriciels etc. Finalement oui, il y a un protocole post-freinectomie administré dans les 72hrs post chirurgie par un orthophoniste pour éviter que ça se réattache et maximiser l’effet de dégagement de la chirurgie. Certaines cliniques avec lesquelles je suis en lien (Belgique, Brésil) vont même refuser d’opérer si le patient n’a pas un r.v. en orthophonie dans les 72 hrs post-chirurgie. L’orthophonie, c’est du sérieux!

  • Lamarche on 17 octobre 2021

    Super article. Merci !!!

Laisser une réponse

19 − onze =

Je veux vraiment insister sur la pertinence de la formation et la manière dont elle est articulée, c’est vraiment un chouette programme. – C.B.

Formation de grande qualité que j’ai savouré et écouté avec grand intérêt!! – L.C.

J’ai maintenant les appuis théoriques pour mieux comprendre la situation, informer, expliquer, motiver. Le plan de traitement est devenu clair et je sais où je vais pendant mes séances à présent – E.C.

Je n’imagine pas ce que peut représenter la charge de travail et l’énergie dépensée pour un travail d’une telle qualité! – C.B.

J’ai adoré la formation! – H.C.

Tout est plus clair après ce que j’ai appris dans cette formation. – D.D.

On a étudié ensemble. C’est une orthophoniste hors catégorie. – G.F.-B.

En tout cas merci, ça en prend des gens qui prennent leur place dans des domaines moins reconnus de notre profession. – G.P.

Si vous hésitez, foncez c’est vraiment top! – M.W.

C’est tellement bien expliqué! – V.T.

Je me suis lancée dans cette formation alors que je démarrais mon premier suivi pour AOS.
J’étais au départ peu confiante et peu outillée mais grâce à ces 2 modules, tout a changé. – E.C.

Tout est pertinent! – L.C.

Elle démontre une belle maîtrise du sujet et est facile à écouter, même après une journée de travail. – F.C.

J’ai hâte d’intégrer tout ça à ma pratique. C’est beaucoup de contenu! – C.C.

Formation qui tombe à point. Tellement pertinente! – A.A.

Tellement clair que je n’ai pas eu de question! – M.V.

Merci pour tout ce contenu si riche et absolument passionnant.
J’ai hâte de découvrir la suite! – D.D.

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Pour plus d'information

Contactez-nous

Envoyez-nous un message 

[]
1 Step 1
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - Générateur de formulaires WordPress

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook