"> Témoignage : La dyslexie, un fardeau, une force - Marie-Emmanuelle Marchand

Marie-Emmanuelle Marchand

Témoignage : La dyslexie, un fardeau, une force

Pamela Sarti Avocate, Montréal

Je fais mon coming out. Je suis dyslexique.

Toute ma vie, j’ai avancé avec ce fardeau. À l’école, la montagne à franchir était impressionnante. Je me souviens de ces vieilles blessures dont je porte encore les marques. Lire comme un robot, écrire dans les pleurs et surtout ne pas être comme tout le monde.

Pourquoi je vous dévoile ceci ? Pour deux raisons. Tout d’abord, j’ai eu de l’aide, beaucoup même, et des encouragements, tant à l’école qu’à la maison. Orthophonistes, orthopédagogues, certains professeurs et surtout une maman en or. Un réseau qui m’a permis de franchir cette montagne et de passer à travers mon primaire et mon secondaire.

Mais il y a plus. La dyslexie a forgé la femme que je suis devenue. Les habiletés nécessaires pour passer à travers les embûches ont été très payantes.

Cela m’a forcée à développer des côtés de ma personnalité qui auraient fort probablement été dormants ou que je n’aurais jamais même considérés. Je dirais même plus :  j’ai une vision de la vie qui n’est pas altérée par le jugement des autres. Pour moi, être un outsider n’est plus une faiblesse, mais ma force. Je suis avocate, présidente d’un organisme qui a comme mission le développement coopératif en habitation, je m’implique et j’essaie de changer mon monde à l’échelle de ma communauté.

Pourquoi je vous dis ceci ? Pour en finir avec cette vision comptable des problèmes de notre société. L’argent gagné grâce à ces paramètres d’économies (postes d’orthopédagogues, d’orthophonistes, d’éducatrices spécialisées) n’est rien à comparer avec le revenu généré par la réussite des élèves qui ont des difficultés d’apprentissage.

Je suis toujours dyslexique. Tous les jours, je me bats avec chaque phrase que j’écris. Mais j’écris. Et en plus, je paie des impôts !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.

 

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Laisser une réponse

12 − dix =

Quand apprendre est amusant, l’avenir est prometteur.
– Michaël Ferrari

Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Pour plus d'information

Contactez-nous

Envoyez-nous un message 
Partager cet article : Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook